Diane DUCRET

"Les Indésirables"

«Nous avons ri, nous avons chanté, nous avons aimé.

Nous avons lutté, mon amie, c’était une belle lutte.

Je me suis sentie plus vivante à tes côtés que je ne le fus jamais.»

"Les Indésirables" au camp de GURS

Un cabaret dans un camp au milieu des Pyrénées, au début de la Seconde Guerre mondiale. Deux amies, l’une aryenne, l’autre juive, qui chantent l’amour et la liberté en allemand, en yiddish, en français... cela semble inventé! C’est pourtant bien réel. Eva et Lise font partie des milliers de femmes «indésirables» internées par l’État français.

Leur pacte secret les lie à Suzanne «la goulue», Ernesto l’Espagnol ou encore au commandant Davergne.

À Gurs, l’ombre de la guerre plane au-dessus des montagnes, le temps est compté. Il faut aimer, chanter, danser plus fort, pour rire au nez de la barbarie.

À la façon d’une comédie dramatique, Diane Ducret met en scène le miracle de l’amour, la résistance de l’espoir dans une fable terrible et gaie, inspirée d’histoires vraies.

Présentation Par l'Auteure

La communication aux Amis de Livres en Scène

A l’occasion du dernier Salon du Livre de la porte de Versailles, nous avons eu le grand plaisir de retrouver Diane Ducret sur le Stand très fréquenté de son Editeur Flammarion.

Nous gardions en mémoire un excellent souvenir de sa première venue à "Livres en Scène" en octobre 2011 (déjà !) pour un livre remarquable "Femmes de Dictateurs".

Depuis, cent mille lecteurs ont découvert cet ouvrage, traduit en 25 langues, conférant désormais, une grande notoriété à son Auteure, ce qui est tout à fait exceptionnel pour un premier livre.

Sensibles à son talent d’Historienne-Philosophe tout autant qu’à sa féminité naturelle, mise au service du féminisme, le dernier ouvrage de Diane Ducret "Les Indésirables" a retenu toute notre attention. Elle demeure fidèle à son sujet de prédilection, comme un fil conducteur, à savoir le sort des femmes dans la société civile en général et en particulier lorsque la société est dans la souffrance de son histoire.

Dans ce roman, elle porte à notre connaissance l’histoire mal connue des femmes d’origine allemande qui avaient fui le totalitarisme naissant, pour se réfugier en France. Elles furent internées, dès début 1940, dans le camp de Gurs par des autorités françaises, soucieuses de préserver ses relations avec l’Allemagne conquérante.

Ce roman n’est pas une histoire triste car quand des femmes, même enfermées dans des conditions inhumaines, prennent le pouvoir ; tout est possible. A partir d’un piano concédé, elles créent un cabaret inattendu.

Ce livre, témoignage d’un passé douloureux, nous rappelle que chaque période a ses Indésirables et que c’est donc toujours la même histoire qui recommence.

Diane DUCRET

Le mercredi 27 septembre 2017 à 19H30

Au Restaurant DROUANT

18 Rue Gaillon, 75002 Paris

Métro: Opéra - 4 Septembre

Service de voiturier

C’est avec plaisir que nous souhaitons nous retrouver nombreux au Restaurant Drouant où nous avions reçu au printemps Amélie Nothomb.

Le Menu

Les Tables

Hannat ARENDT (1906 – 1975)

Hannah Arendt se définissait plutôt comme une spécialiste de la théorie politique, plutôt que comme une philosophe.

Néanmoins ses théories, décrivant la nature et le fonctionnement du totalitarisme ou de la culture moderne, renouvellent en profondeur la philosophie politique.

Ses ouvrages : Les Origines du totalitarisme (1951), La Condition de l’homme moderne (1958) et La Crise de la culture (1961),


Jean-Loup MENOCHET

Jean-Loup MÉNOCHET, Historien et conférencier, il s’installe sur la côte basque en 2002 où il mène des recherches sur l’architecture balnéaire et climatique. Pyrénéiste et spéléologue, ses nombreuses explorations des « Kavern » du Mur de l’atlantique, de la Linea P (fortifications en montagne) et des ouvrages Vallespin (Irun – San Sebastian) l’ont conduit, en marge de sa spécialité, à se passionner pour l’histoire «pyrénéenne» de la Seconde Guerre Mondiale.

"Corpus Equi"

« Il est un lieu précis de l'existence où l'ombre et le corps se rejoignent. Ce moment-là il faut le saisir, marcher face au soleil, mettre le pied à l'étrier qui s'offre à vous, triompher de la gravité, galoper sans soucis de gloire ou de fortune, à l'ère mécanique ne pas aller bien vite peut-être, mais libre. »

Il est des rencontres dont la chaleur suffit à emplir toute une vie et dont le deuil vous laisse estropié à jamais. Diane Ducret


"L’Homme Idéal"

Bonne nouvelle : l’homme idéal existe !

Il ne parle pas : il jase. Il n’embrasse pas : il frenche.

Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle.

Vous l’aurez deviné : il est Québécois.

Diane Ducret rhabille le mythe du Prince Charmant.

L’homme idéal ? Satisfaite ou remboursée !






Le mot de Diane Ducret sur le Livre d'Or